• Home
  • Food Drink
  • Des fourchettes dans les étoiles : Brève histoire de la gastronomie française

Des fourchettes dans les étoiles : Brève histoire de la gastronomie française

By Philippe Alexandre, Béatrix de l'Aulnoit

Les virtuoses de l. a. gastronomie ont fait davantage pour los angeles gloire de los angeles France que les maréchaux de Napoléon. Ils ont mis à genoux les tsars de Russie, les rois d’Angleterre et les milliardaires américains. Leur histoire est comme l’envers de l. a. nôtre. Aux guerres, aux famines, aux révoltes répondent le bonheur, les splendeurs et les saveurs.Pourquoi los angeles France est-elle le paradis de los angeles desk ? Grâce à son terroir d’une opulence incomparable. Dès l. a. Renaissance, chaque région a sa spécialité, resource de fierté, de rentabilité. Les coquilles Saint-Jacques viennent d’Erquy, les poulardes du Mans, les terrines de Nérac, les anchois de Collioure, les asperges d’Argenteuil, le brie de Meaux. Sans compter Champagne et grands crus.Cette histoire de richesses et de voluptés start avec les moines qui déchiffrent les traités de food du Romain Apicius. Rois et princes rivalisent de fastes. Le Régent impose los angeles fourchette. Les petits soupers du xviiie siècle participent au génie des Lumières. los angeles révolution met à los angeles rue rôtisseurs et pâtissiers au carrier de los angeles noblesse. Ils créent au Palais-Royal les premiers grands eating places, ancêtres de ceux que le monde nous envie.Des fourchettes dans les étoiles half à l. a. rencontre de Vatel, notre ideal maître d’hôtel ; Parmentier qui lance los angeles pomme de terre ; Carême, inventeur du vol-au-vent, des petits fours et de l. a. toque ; l. a. Mère Brazier, première femme à avoir décroché trois étoiles au advisor rouge ; Guérard avec los angeles nouvelle food sans oublier ces jeunes most sensible Chef qui rêvent d’être consacrés par los angeles télévision. Cette « Brève histoire de l. a. gastronomie française » dresse le menu détaillé de notre patrimoine targeted au monde.

Show description

Quick preview of Des fourchettes dans les étoiles : Brève histoire de la gastronomie française PDF

Show sample text content

L’exemple des princes de l’Église, les monarques ne sont pas les derniers à faire régner leur bon plaisir. Le poisson, gourmandise de los angeles pénitence Le poisson de mer se transporte par los angeles Seine, mais voyage à grands frais dans los angeles glace et seule los angeles sole, qui se preserve bien, arrive à bon port dans les assiettes. Le turbot reste un plat de roi. Louis XV était prêt à payer une fortune pour une daurade. Le peuple se délecte des harengs pêchés par bancs dans les mers du Nord et que les marins déchargent dans leurs paniers ruisselants sur les quais.

Mais, s’il expédie d’un roulement de tambour les trois providers de son menu, le nouveau maître de l. a. France est le ultimate à reconnaître que � la desk gouverne le monde ». Il a donné l’ordre à ses ministres et à son deuxième consul de recevoir deux fois par semaine à sa position pour réconcilier les Français. Évoquant les débuts du Consulat, Napoléon dira à Caulaincourt en rentrant de Moscou : � La porte était ouverte à toutes les targets. Le Vendéen, le chouan, le révolution naire, l’émigré, tous étaient admis, tous mangeaient chez Cambacérès, tous me servaient.

Vehicle le 4 n’attend jamais. Il va son teach. Paris s’est simplifié l. a. vie avec ses petits pâtés au jus que les apprentis pâtissiers vendent dans les rues et que les consumers adorent déguster tout brûlants dès qu’ils sortent du 4. Mais les meilleurs, ceux que s’arrache l’Europe entière, viennent du sud-ouest de l. a. France. On raconte que le tsar Paul Ier a accordé los angeles vie à un ennemi polonais qui lui avait envoyé un foie gras de canard de Toulouse. Et que celui-ci était arrivé à Saint-Pétersbourg aussi savoureux que s’il sortait du 4.

Il n’écoute rien et demande des truites. On lui en sert à souper une qui pesait vingt livres. Notre abbé l’attaque, l. a. trouve excellente et se félicite d’une nomination qui le met à même d’en manger chaque jour de pareilles. Mais, hélas, l’homme suggest et Dieu dispose. Le poisson n’était pas encore achevé que déjà dom Eutraphie se despatched suffoqué. On veut en useless le secourir. Il fait pour avaler d’inutiles efforts et meurt avec los angeles queue de los angeles truite dans l. a. bouche. » Cette fin brutale et délicieuse n’est pas infrequent.

Après les Cent-Jours, Carême reprend pour le tsar le commandement de sa delicacies de l’Élysée. Wellington, qui a réquisitionné, au coin des Champs-Élysées, l’hôtel des Grimod de l. a. Reynière, vient en voisin. Alexandre dîne toujours en début d’après-midi, comme sous l’Ancien Régime. Et comme son état-major : � À deux heures, nous servions ensemble les deux tables. Ce carrier était très pénible pour nous. » À son grand remorse, Antonin a dû se mettre au provider à l. a. russe et, le 10 juillet 1815, quinze plats défilent devant Sa Majesté : les huîtres, los angeles soupe froide à l. a. russe, les quenelles au consommé à l’allemande, le potage à l. a. Condé, les croquettes de volaille en poire, les darnes de saumon au beurre de Montpellier, los angeles pièce de bœuf à l. a. flamande, les poulardes à l’ivoire sauce ravigote, les filets de perdreau à los angeles maréchale ragoût financier, les longes de veau, les petits pois à los angeles française, les artichauts à los angeles lyonnaise, les soufflés à los angeles vanille, les meringues à l’orange, les gelées de café moka.

Download PDF sample

Rated 4.87 of 5 – based on 28 votes