• Home
  • History
  • Histoire de la France contemporaine, t. III. Le Crépuscule des révolutions: (1848-1871)

Histoire de la France contemporaine, t. III. Le Crépuscule des révolutions: (1848-1871)

By Quentin Deluermoz

Alors que los angeles France vient de connaître quatre régimes différents en un demi-siècle, l. a. révolution de 1848 semble rouvrir le temps des remous et des hésitations. Et pourtant, de l’éphémère Deuxième République au moment Empire et jusqu’à los angeles Commune de Paris, c’est bien l’expérience démocratique qui fait ses armes. Balbutiante, encore fragile, los angeles démocratie parlementaire s’impose ainsi définitivement à l’issue de los angeles guerre franco-prussienne de 1871 – clôturant près d’un siècle de bouleversements politiques.

Rien d’évident, pourtant, dans cette victoire a posteriori. Derrière les événements politiques, cet ouvrage retrace les avancées et les reculs, les intuitions fulgurantes de l’avenir comme les ultimes lueurs du passé, et brosse l’ample tableau d’une France résolument engagée dans son siècle : du suffrage universel aux libertés publiques, des grands travaux urbains à l’essor du monde ouvrier, de l’expansion coloniale au soutien apporté au printemps des peuples, s'impose une « modernité » aux multiples visages, parfois contradictoires.

Bien plus, retraçant l’histoire nationale à l’aune des événements européens, Quentin Deluermoz met au jour un « esprit du siècle » propre à l. a. France. Encore indicible, presque imperceptible, quelque selected de neuf, qui transformera durablement le will pay, est en educate de prendre, tandis que l'ombre de los angeles Révolution française jette ses derniers feux.

Show description

Quick preview of Histoire de la France contemporaine, t. III. Le Crépuscule des révolutions: (1848-1871) PDF

Show sample text content

Dans les campagnes, les populations fuirent, vers Paris notamment, tandis que nombre de villages se résignaient à l’occupation. Des résistances s’observent, telle celle des 500 paysans d’Eure-et-Loir qui vinrent s’embusquer avec les francs-tireurs près de Châteaudun. Mais ces gestes demeuraient limités, les actes de révolte étant découragés par los angeles dureté des réactions prussiennes : les paysans qui tentaient de s’opposer voyaient leurs villages brûlés et pillés. l. a. stress était accentuée par les peurs et les rumeurs : les Allemands craignaient les espions et les francs-tireurs, qu’ils imaginaient tapis dans chaque maison, tandis que l. a. inhabitants faisait des uhlans, les cavaliers légers de l’armée allemande, les auteurs de toutes les atrocités.

Los angeles Kabylie ne fut conquise qu’en 1857 avec l’expédition du maréchal Randon. los angeles répression toucha encore les mouvements de révolte des années 1860, mais à partir de cette date, Napoléon III infléchit ses réticences. L’autre grande intervention de los angeles France dans l. a. région fut le percement du canal de Suez : à son arrivée au pouvoir en Égypte, Mohammed Saïd accorda au diplomate et entrepreneur Ferdinand de Lesseps un acte de concession dans ce yet en novembre 1854. Les travaux prirent du temps : l’empereur s’y intéressait peu, les Anglais s’opposaient au projet et, en dépit de l. a. structure de l. a. Compagnie universelle du canal de Suez en décembre 1858, les difficultés financières étaient énormes.

D’autres au contraire cherchaient à améliorer le contrôle des populations. C’est le cas de los angeles � conquête des marches urbaines » (John Merriman), qui se déploya dès los angeles Deuxième République, en particulier par l. a. politique d’annexion des communes limitrophes : Le Havre s’agrandit de telles absorptions en 1851, Lyon en 1852, Saint- Étienne en 1855, Paris en 1860. Elles permettaient une surveillance policière plus homogène. Mais les motifs étaient plus variés : les décisions entendaient aussi adapter l. a. ville à ses nouvelles dimensions, los angeles dégager de ses anciennes frontières (les anciens remparts étaient souvent cassés) et permettre le redéploiement de certaines activités industrielles hors du centre.

Séparer le politique du social serait une erreur tant les deux sont ici indissolublement liés. Ces � citoyens-combattants » (Louis Hincker), affaiblis par les difficultés du quotidien, étaient armés (ils étaient gardes nationaux) et faisaient preuve d’une method élaborée dans l. a. building des barricades, au croisement d’une tradition insurrectionnelle désormais établie et des savoir-faire de métier. Face à eux, on défendit aussi l. a. République. Mais c’était une autre model de l. a. République que l’on pourrait dire légale.

Elles étaient considérées sur le plan juridique comme des mineures selon les termes du Code civil de 1804 et le divorce était interdit depuis 1816. Elles ne bénéficiaient pas du droit de vote, tandis que les discours scientifiques, irriguant les représentations ordinaires, campaient avec vigueur l. a. différence � naturelle » entre l’homme et l. a. femme. Ces perceptions s’ancraient dans l. a. regimen des pratiques ordinaires de milieux sociaux variés : l’idée sous-jacente était que l’homme était inscrit dans l’action et le domaine public tandis que l. a. femme, prisonnière de son corps, se caractérisait par sa sensibilité et son ancrage dans l’espace privé.

Download PDF sample

Rated 4.96 of 5 – based on 32 votes