Le Petit Nicolas - Tome I

By Sempé-Goscinny

A priori, le petit Nicolas est un enfant comme les autres. Pourtant, le récit de ses aventures n'en finit pas de surprendre par le nombre de bêtises que lui et sa petite bande de copains déclenchent en permanence ! Et il faut être drôlement sufferer et avoir beaucoup de mérite, comme sa maîtresse ou ses mom and dad, pour vivre avec un pareil petit diable !

Aucun adulte ne semble pouvoir résister à Nicolas et ses copains, Agnan le chouchou, ou Eudes le costaud, ni le photographe de l'école, ni l'inspecteur en personne, ni même le directeur ou le pauvre surveillant, M. Bouillon. Bref, le petit Nicolas et toute sa bande sèment un joyeux désordre et une belle zizanie partout où ils passent.

L'écriture, proche du langage oral, rehausse le comique des events et l'on ne peut s'empêcher de rire lorsqu'on écoute le petit Nicolas raconter ses multiples aventures, avec los angeles naïveté et los angeles candeur d'un enfant qui semble ne pas très bien saisir l'importance de tous ses actes et les réactions qu'ils entraînent auprès des adultes. De bonnes rigolades en viewpoint, même si l. a. spécificité de cet humour nécessite quelquefois l'explication des grands ! --Xavier Marciniak

Show description

Quick preview of Le Petit Nicolas - Tome I PDF

Show sample text content

Qui a fait ça ? » a crié monsieur Bordenave en se tenant le entrance. « C’est Nicolas, monsieur, je l’ai vu ! » a dit Agnan. Agnan, c’est le foremost de l. a. classe et le chouchou de l. a. maîtresse, nous, on ne l’aime pas trop, c’est un vilain cafard, mais il porte des lunettes et on ne peut pas lui taper dessus aussi souvent qu’on en aurait envie. « Vilain cafard, j’ai crié, si t’avais pas de lunettes, je t’en enverrais une ! » Agnan s’est mis à pleurer, en disant qu’il était très malheureux et qu’il allait se tuer et puis il s’est roulé par terre.

Il était parti, sans rien dire. Les cow-boys J’ai invité les copains à venir à l. a. maison cet après-midi pour jouer aux cow-boys. Ils sont arrivés avec toutes leurs affaires. Rufus avait mis l. a. panoplie d’agent de police que lui avait offerte son papa avec le képi, les menottes, le revolver, le bâton blanc et le sifflet à roulette ; Eudes portait le vieux chapeau boy-scout de son grand frère et un ceinturon avec des tas de cartouches en bois et deux étuis dans lesquels il y avait des revolvers terribles avec des crosses faites dans le même style d’os que le poudrier que papa a acheté à maman après qu’ils se sont disputés à reason du rôti qui était trop cuit mais maman disait que c’était parce que papa était arrivé en retard.

Et c’était vrai que c’était pas vrai, celui qui avait dit ça, c’était Rufus. « C’est toi ! C’est toi ! C’est toi ! » a crié Agnan et il s’est mis à pleurer. « Tu seras en retenue ! » m’a dit le Bouillon. Alors je me suis mis à pleurer, j’ai dit que ce n’était pas juste et que je quitterais l’école et qu’on me regretterait bien. « C’est pas lui, m’sieu, c’est Agnan qui a dit le Bouillon ! » a crié Rufus. « Ce n’est pas moi qui ai dit le Bouillon ! » a crié Agnan. « Tu as dit le Bouillon, je t’ai entendu dire le Bouillon, parfaitement, le Bouillon !

Enfin, quand on a tourné le coin de los angeles rue, Alceste a sorti de sa poche un gros cigare. « Regarde, il m’a dit, et c’est un vrai, pas en chocolat ! » Ça, qu’il n’était pas en chocolat, il n’avait pas besoin de me le dire, si le cigare avait été en chocolat, Alceste ne me l’aurait pas montré, il l’aurait mangé. Moi, j’étais un peu déçu, Alceste m’avait dit qu’on allait rigoler. « Et qu’est-ce qu’on va faire avec ce cigare ? » j’ai demandé. « Cette query ! m’a répondu Alceste, on va le fumer, pardi ! » Je n’étais pas tellement sûr que ce soit une bonne idée de fumer le cigare, et puis, j’avais bien l’impression que ça ne plairait pas à maman et à papa, mais Alceste m’a call foré si mon papa et ma maman m’avaient défendu de fumer le cigare.

Maman est partie, après m’avoir regardé comme si elle était un peu inquiète. Nous avons goûté. C’était bien, il y avait du chocolat, de l. a. confiture, des gâteaux, des biscottes, et nous n’avons pas mis les coudes sur los angeles desk. Après, los angeles maman d’Agnan nous a dit d’aller jouer gentiment dans l. a. chambre d’Agnan. Dans sa chambre, Agnan a commencé par me prévenir que je ne devais pas lui taper dessus, parce qu’il avait des lunettes et qu’il se mettrait à crier et que sa maman me ferait mettre en legal. Je lui ai répondu que j’avais bien envie de lui taper dessus, mais que je ne le ferais pas, parce que j’avais promis à ma maman d’être sage.

Download PDF sample

Rated 4.78 of 5 – based on 14 votes